Récit d’une patiente: Une maladie rare ou pas rare – reste toujours une MALADIE (13)

Vous êtes ici: Blog / Récit d’une patiente: Une maladie...
Récit d’une patiente: Une maladie rare ou pas rare  – reste toujours une MALADIE (13)

Récit d’une patiente: Une maladie rare ou pas rare – reste toujours une MALADIE (13)

Auteur Meopin - 24 avril 2018
vues

Je me demande si les patients atteints d’une maladie rare doivent à la fin se retrouver au seuil de la pauvreté puisqu’on les condamne à payer leur maladie de leurs ressources.

Cette discrimination porte atteinte à l’un des droits naturels fondamentaux des patients en tant que citoyens tels que reproduits dans la Déclaration des Droits de l’Homme: le droit à la santé qui est inaliénable.

Je demande l’inclusion pour moi et tous les autres patients qui ont une maladie rare et non l’exclusioncomme des personnes classifiées en 2eclasse.

Qui peut se prendre le droit de juger qu’un patient, atteint d’une maladie rare, est payé ou non ou seulement à un pourcentage minimal ?

Une maladie rare ou pas rare  – reste toujours une MALADIE

Où est le principe de légalité pour tous les malades ?

Malheureusement,  le Kyste Tarlov est  une pathologie chronique handicapante très peu connue.De ce fait je me demande pourquoi aucun médecin du Conseil Médical ne m’a interpelé pour analyser les tenants et les aboutissants d’une maladie qu’ils ne connaissent pas. Ceci est une faute déontologique.

L’important est d’aider les personnes avec une maladie rare, à sortir du cercle vicieux.

Puisque la politique s’engage pour l’égalité de l’homme, je souligne la nécessité de réagir face à cette situation intolérable.

On ne choisit pas sa maladie, mais malheureusement, pour éviter mon avenir dans un fauteuil roulant je dois être opéré une 2efois, cette fois-ci ça concerne les kystes au sacrum.

Une des dernières nouvelles entendues dans la radio, l’état dépense encore plus d’argent pour les consommateurs de drogue (2 structures en plus avec le soutien du ministère de la Santé) et ceci pour des personnes qui ont choisi leur malheur elles-mêmes.

Je me demande pourquoi les personnes atteintes d’une maladie rare sont exclues d’une aide pareille et doivent se financer elles-mêmes.

(Prochain article«Où est la déontologie de la couverture de la santé concernant mon cas spécifique ?»)

 

À propos de l’auteur
Meopin

Meopin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *