Hier et Aujourd’hui

Vous êtes ici: Blog / Hier et Aujourd’hui
Hier et Aujourd’hui

Hier et Aujourd’hui

Auteur Meopin - 6 avril 2017
vues

René joue au football et fait de la musique. En 1984, il a passé ses premières vacances avec sa copine, qui aime le soleil, en Espagne, où il a eu un gros coup de soleil. Sa peau est déjà couverte par un nombre exceptionnel de grains de beauté, et ce nombre a augmenté au cours des années.

Ses fils ont hérité le même type de peau. Mais René s’occupe de sa santé et de sa famille. Il sait que les grains de beauté ne sont que quelques-uns des plus de 3.000 troubles de la peau qui affectent les gens tous les jours. Il sait également que les changements de couleur ou de texture peuvent résulter de nombreuses sources: inflammation, infection, réactions allergiques. Bien que certaines conditions de peau peuvent être mineures et facilement traitées, d’autres peuvent être très graves et même mortelles.

 

Au début des années 1990, il consulte le dermatologue local dans sa ville natale. À l’heure actuelle, l’internet commence à se développer. Les connaissances médicales incombent aux médecins et les patients doivent faire confiance. Les dispositifs médicaux ne sont pas non plus dans l’état développé, comme ils le sont aujourd’hui. Lorsqu’il demande à son dermatologue d’examiner régulièrement ses grains de beauté, le médecin répond qu’il n’a pas d’appareil pour les dépister de manière qualitative. Le prix d’acquisition d’un tel dispositif technologique serait trop élevé pour sa pratique.

La dermatologie est la branche de la médecine concernée par le diagnostic, le traitement et la prévention des maladies de la peau. Mais si le dermatologue s’appuie sur ses propres yeux pour détecter des troubles potentiellement graves et refuse d’acheter un dispositif médical pour dépister les grains de beauté et enregistrer les résultats du dépistage, René pourrait-il être assurée de son état de santé? Sa peau était exposée au soleil et a un nombre extraordinaire de grains de beauté. Est-il en danger? Comment surveiller le risque? Comment peut-il protéger sa famille? Comment peut-il donner un exemple à ses fils?

René décide de consulter un dermatologue dans un autre pays. Dans les années 1990, sans Google, c’est une véritable aventure. Il décide d’aller sur le bon côté, en consultant un hôpital universitaire dans un pays voisin, à seulement 100 kilomètres. Mais il n’avait pas la possibilité de se renseigner sur l’expérience du docteur, son expertise, ses publications, ses services spécialisés. Il devait faire confiance à la réputation de l’hôpital et y aller. Il n’avait pas d’expériences d’autres patients à portée de main. Le seul critère pour choisir le médecin était de demander si le spécialiste pouvait assurer un dépistage régulier de grains de beauté, pour détecter les éventuels troubles graves. Le dermatologue a répondu par oui.

Depuis lors, René consulte tous les six mois son dermatologue. Il subit un dépistage régulier, et – à trois reprises – une chirurgie de prévention pour éliminer les grains de beauté qui semblaient risqués. Au cours des années, l’appareil utilisé par le médecin a évolué, et maintenant, un simple smartphone avec une lentille fait le service.

En 2012, lors d’une consultation régulière biannuelle, le médecin découvre un trouble potentiellement grave avec un des grains de beauté. Une chirurgie se fait immédiatement et les résultats montrent un cancer noir de la peau. Comme il a été détecté à un stade précoce, il n’est pas nécessaire de faire plus qu’un processus de dépistage renforcé tous les trois mois, couplé par un contrôle par ultrasons et un test sanguin. Sans découverte et traitement ultérieur, ce cancer aurait été mortel dans un délai d’un an et toute une famille aurait été touchée.

Depuis cinq ans, aucun autre cancer n’est apparu. Le médecin suggère de réduire le processus de sélection à un contrôle tous les six mois, ce qui serait suffisant.

René a trouvé le bon docteur et le bon appareil.

Meopin.

À propos de l’auteur
Meopin

Meopin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *